Symphonique

Orchestre national de Lorraine

Zarathoustra

La quête du Graal, l'ultime horizon : nulle musique n'aura suggéré l'au-delà des apparences terrestres avec autant de mystérieuse et solennelle douceur que le Prélude de Parsifal (1882). On retrouvera une version tourmentée du mysticisme wagnérien dans Mort et Transfiguration (1891), un saisissant « pot au noir » symphonique (à la conclusion rayonnante…), au climat déjà expressionniste. Strauss devait se montrer encore plus ambitieux avec un « poème philosophique » inspiré de Nietzche, Ainsi parlait Zarathoustra (1896). Son grandiose portique, paraissant ouvrir quelque épopée suprahumaine, est devenu aujourd'hui (principalement grâce au film de Stanley Kubrick 2001, L'Odyssée de l'espace) un véritable « jingle » de science-fiction. Mais il faut connaitre dans son entier ce « monstre » de virtuosité orchestrale et de séduction sonore.

Photo : Cyrille Guir / Arsenal
bouton-reservation
Vendredi 2 juin 2017, 20h
Grande Salle

Durée
1h10 avec entracte

Tarifs
30€ / 28€ (Orch.)
24€ / 22€ (Balcon)
20€ (Paradis)
4€*
*- 26 ans, demandeurs d’emploi

Jacques Mercier : Direction 

 
Richard Wagner :
Parsifal, prélude

Richard Strauss :
Mort et Transfiguration
Ainsi parlait Zarathoustra
  Haut