Baroque

Récital Mozart

Mozart dit-on, n'aimait pas la flûte… Nul ne le sait vraiment et les conjectures dans quoi l'on se perd à l'envi, ne sont souvent à ce sujet que matière à brouiller davantage les pistes. Nous ne pouvons quoi qu'il en soit, balayer d'un revers de main un ensemble de pièces que le compositeur a destinées à cet instrument.

Les trois sonates que nous présentons sont celles d'un compositeur en pleine possession de son génie ; elles sont originellement destinées au violon. À Londres, au début du siècle suivant, paraissent adaptées à la flûte, certaines de ces sonates, l'instrument à vent ayant encore les faveurs de la bourgeoisie cultivée. Mais si l'instrument répondait parfaitement aux exigences de la musique rhétorique de la première moitié du xviiie siècle, il lui est impossible, malgré les clés qu'on lui adjoint, de traduire aussi bien que le violon les dialogues et commentaires que proposent ces sonates exigeantes… Aussi les éditeurs londoniens ont-ils dû considérablement simplifier la partie de violon afin qu'elle soit jouable à la flûte.

Après avoir hésité, nous avons finalement préféré à cette transcription d'époque, dont nous regrettions qu'elle ait à ce point dénaturé le texte initial, de proposer une autre transcription, qui ne suppose celle-ci au contraire que très peu de modifications. Mais bien sûr, pour ce faire, il nous fallait renoncer à l'instrument historiquement adapté, et lui préférer cet autre, plus tardif, qui tout en prodiguant la chaleur et la délicatesse de la flûte classique, nous permettait de restituer de manière convaincante le texte original du compositeur.

Jean-Pierre Pinet & Aline Zylberajch 

© DR
bouton-reservation
Mardi 29 mai 2018, 20h
Salle de l'Esplanade

Durée
1h

Tarifs
24/20/8* €
* - 26 ans, demandeurs d’emploi

Jean-Pierre Pinet : flûte
Aline Zylberajch : pianoforte



Wolfgang Amadeus Mozart
Sonate KV 379 (373a) en sol majeur
Sonate KV 378 (317d) en si bémol majeur
Sonate KV 377 (374e) en fa majeur
  Haut