Symphonique

Orchestre national de Lorraine

Des Cow-boys aux gauchos

Des danses « western » de Rodeo (que Copland prononçait« Roh-di-oh », à la texane) au malambo furieux d'Estancia de l'argentin Ginastera, les rythmes et couleurs diffèrent mais c'est, entre folklore et art « savant », la même musique américaine typique des années 40, avec son pittoresque si attachant… Autres génies emblématiques du grand continent, Gershwin et son jazz symphonique, Piazzolla et son nuevo tango devaient cependant atteindre un public encore plus large. Comment résister, il est vrai, à cet extraordinaire alliage de piano ultra romantique et de blues que propose le Concerto en fa, à cette quintessence de sensualité mélancolique (si bien restituée par les arrangements pour violon et orchestre de John Adams) qu'évoquent les deux titres de l'immense tanguero ?

Dans le cadre du Festival Passages.
bouton-reservation
Vendredi 12 mai 2017, 20h
Grande Salle

Durée
1h25 avec entracte

Tarifs
30€ / 28€ (Orch.)
24€ / 22€ (Balcon)
20€ (Paradis)
4€*
*- 26 ans, demandeurs d’emploi
 

Gisèle Ben-Dor : Direction 
François Weigel : Piano 
Denis Clavier : Violon 


 
Aaron Copland :
Rodéo, Suite d’orchestre

George Gershwin :
Concerto pour piano en fa

Astor Piazzolla :
Deux tangos pour violon et orchestre 
(Orch. J. Adams)

Alberto Ginastera :
Estancia, Suite du ballet
  Haut