Symphonique

Opus 40

Orchestre national de Lorraine
Jacques Mercier, direction
Denis Clavier, violon solo

Beethoven se passionna pour l'histoire du général romain Caïus Marcius Coriolan, qui mourut assassiné, au Ve siècle avant notre ère. Le musicien fut touché par la grandeur et la solitude du personnage. L'ouverture de la musique de scène nous apparaît déjà comme un poème symphonique, genre musical qui connut son apogée grâce à Richard Strauss. Ein Heldenleben – Une Vie de héros – précisément de Strauss célèbre une puissance héroïque. Mais, de qui donc ? Car, en vérité, les hardiesses de l'écriture n'exaltent et ne caricaturent que le portrait du compositeur ! Loin du héros romantique, Schubert savait que le temps lui était compté. La Symphonie inachevée, une des oeuvres les plus illustres de l'histoire de la musique, crée un univers sonore tragique et tisse un lien entre Beethoven et Strauss.
 

© Bartosch Salmanski

bouton-reservation
Samedi 23 avril 2016, 20h
Grande Salle

Tarifs
27€ / 25€ (Orch.)
21€ / 19€ (Balcon)
17€ (Paradis)
4€*
* –26 ans & demandeurs d’emploi

LUDWIG VAN BEETHOVEN :
Coriolan, Ouverture
 
FRANZ SCHUBERT :
Symphonie n°8 « Inachevée »
 
RICHARD STRAUSS :
Ein Heldenleben
  Haut