Symphonique

Le prix de la Liberté

Orchestre national de Lorraine
Bertrand de Billy, direction
Aurélie Jarjaye, soprano
Jean-Philippe Lafont, récitant

Egmont, musique de scène pour la tragédie de Goethe prend pour sujet l'histoire du premier nationaliste des Pays-Bas, Lamoral, Comte d'Egmont. Dans cette partition, Beethoven souligne les thèmes au centre de ses préoccupations : la condamnation de toute forme de tyrannie, mais aussi la valeur du héros qui se bat pour la liberté et la justice, et qui finira sur l'échafaud. Brahms ne s'intéressa à la forme symphonique que tardivement, alors qu'il avait dépassé la quarantaine, reculant sans cesse ce qu'il considérait être un défi musical insurmontable après le cycle des symphonies de Beethoven. En 1885, sa 4e Symphonie, tourmentée, fougueuse et rude nous livre l'ultime message orchestral de ce farouche indépendant dont la devise était : frei aber einsam (libre mais solitaire).
 

© Marco Borggreve

bouton-reservation
Vendredi 12 février 2016, 20h
Grande Salle

Tarifs
27€ / 25€ (Orch.)
21€ / 19€ (Balc.)
17€ (Paradis)
4€*
* –26 ans & demandeurs d’emploi

Ludwig van Beethoven :
Egmont, musique de scène

Johannes Brahms :
Symphonie n°4
  Haut