Symphonique

Entre Rêve et Réalité

Orchestre national de Lorraine

Jacques Mercier

Direction

Valérie Condoluci

Soprano

Catherine Trottmann

Mezzo-soprano

Choeur symphonique
de la Grande Région

Chœur de femmes

Il est des paradoxes qui ne sautent pas aux oreilles. De ceux qui vous conduisent à tirer des conclusions hâtives, marquées du sceau de l'évidence. À l'écoute de Béatrice et Bénédict dont l'Orchestre national de Lorraine exécute l'ouverture, difficile de se douter que Berlioz traverse une période particulièrement sombre de sa vie. Le ton léger de l'oeuvre, que le compositeur définit lui-même comme un
« caprice écrit avec la pointe d'une aiguille », y est assurément pour beaucoup, comme la volonté de tenir à distance une réalité éprouvante dont elle s'affranchit complètement. Et de fait : si la musique est souvent un miroir de l'âme, elle est également le lieu de tous les possibles. Celui-là même qu'un Jean-Louis Agobet ne se lasse pas d'explorer à travers une Cantate qui, pour se situer à la lisière de la célèbre forêt du Songe d'une nuit d'été, pourrait bien à son tour nous ensorceler !

+ LES GRANDES OREILLES ° 19 h
Mini-conférence pour tous
Accessible aux personnes munies d'un billet de concert



© Jérémy Schneider
bouton-reservation
Vendredi 22 mai 2015, 20h
Grande Salle

Durée
1h30 environ

Tarifs
Orchestre 27€ / 25€
Balcon 21€ / 19€
Paradis 17€ / 4€*
*- 26 ans, demandeurs d’emploi,
bénéficiaires du RSA

Hector Berlioz
Béatrice et Bénédict,
Ouverture


Jean-Louis Agobet
Cantate (Création)

Félix Mendelssohn
Le Songe
d’une nuit d’été
  Haut