Baroque

Carl Philipp Emanuel Bach

Musiques de chambre...
Les curiosités esthétiques

© DR

Les trois quatuors pour pianoforte, flûte, alto et violoncelle de Carl Philipp Emanuel Bach témoignent d’une modernité poignante et lucide, celle d’un compositeur parvenu, à la fin de sa vie, à se départir enfin et définitivement de l’ombre tutélaire ô combien présente de son père.

Les adagios surtout, concentrent avec une densité exceptionnelle la douleur d’un siècle qui s’achève : s’il est souvent tendre et suave, le chant qu’ils exposent se teinte déjà de cette gravité dont sera empreinte toute la musique romantique allemande.

La Sonate pour flûte et violon, quant à elle, oscille entre deux mondes, le profane et le sacré et s’inscrit tout à fait dans les développements souriants d’une musique dite galante, dont la légèreté ni la suavité n’empêchaient la profondeur de langage d’un temps où l’aristocratie se mesurait aussi à la délicatesse, au raffinement de la pensée, à la justesse du goût.

La Sonate pour flûte seule est quant à elle présentée ici dans une transcription pour violoncelle, alchimie de timbres que le compositeur lui-même cultiva maintes fois, donnant aussi de ses concerti pour flûte et orchestre une version pour violoncelle.

L’Arsenal, relais de la création en Lorraine.
bouton-reservation
Mardi 16 décembre 2014, 20h
Salle de l'Espanade

Durée
1h environ

Tarifs



24€ / 19€ / 10€*
*- 26 ans, demandeurs d’emploi,
bénéficiaires du RSA

BACH
Quatuor en la mineur
Wq 93 (H537)

 
Sonate pour violoncelle seul
Wq 
142 en la mineur
 
Quatuor en ré majeur
Wq 94 (H538)

 
Duet en mi mineur
Wq 140
 
Quatuor en sol majeur n°3
Wq 95 (H539)
  Haut