Évènement

[MAINTENU] Festival « Je t'aime... Ich auch nicht »

7e édition

Entartete Musik,
musique dégénérée

Dans l'idéologie nazie, la musique romantique allemande était l'essence de la musique, Wagner en devint le héros, avec Bach, Beethoven et Bruckner.
Entre 1933 et 1945, toute musique qui ne correspondait pas aux normes de l'art officiel était considérée comme « musique dégénérée », étiquette qui englobait pêle-mêle les adeptes de l'école de Vienne, les compositeurs d'origine juive, les marxistes et les modernistes (Schönberg, Hindemith, Haas, Krasa, Klein, Ullmann).
Non seulement ces musiques étaient bannies des concerts, mais leurs compositeurs étaient envoyés dans les camps. Le plus connu fut le camp de Terezin (Theresienstadt), censé être la vitrine présentable au monde du système concentrationnaire. Hitler voulait à travers ce « camp modèle » montrer que les détenus y vivaient heureux et qu'ils pouvaient poursuivre des activités artistiques. De fait, ce camp a connu une vie musicale exceptionnelle dont le compositeur Victor Ullmann fut une figure déterminante. Sa musique porte les influences de Mahler, Debussy et Schönberg. Déporté à Terezin en 1942, il continua de composer, d'organiser des concerts, de donner des conférences et d'exercer une activité de critique musical jusqu'à sa déportation à Auschwitz où il mourut en octobre 1944. La 7e édition du festival « Je t'aime… Ich auch nicht » est consacrée à ces compositeurs, victimes des régimes totalitaires. Nous entendrons des compositions de Victor Ullmann, Hans Krasa, Pavel Haas, ainsi que d'Erwin Schulhoff, morts dans les camps, et des oeuvres de compositeurs persécutés, emprisonnés ou contraints à l'exil comme Eisler ou Messiaen.
La musique représentait un capital survie pour ceux qui la pratiquaient dans les camps, une chance d'échapper à l'exécution, car elle accompagnait le quotidien inimaginable et inexprimable des détenus.
 
— Michèle Paradon, Déléguée artistique de l'Arsenal
 
 
Le Festival « Je t'aime… Ich auch nicht » est présenté par l'Arsenal – Metz en Scènes et l'Orchestre national de Lorraine. La 7e édition a été conçue avec la contribution des Journées européennes de la Culture Juive, en coopération avec le Centre franco-allemand de Lorraine (CFALOR ) de l'Université de Lorraine, le Pôle France de l'Université de la Sarre, le Goethe-Institut Nancy et l'Institut d'études françaises de Sarrebruck, et en partenariat avec le Centre dramatique national Nancy – Lorraine .
 

Mardi 10 novembre 2015, 20h
La vie est belle
Orchestre national de Lorraine


Jeudi 12 novembre 2015, 20h
À la BAM 
Michael Rother plays NEU !
Harmonia & solo works


Vendredi 13 novembre 2015, 19h
Avant-concert : Les clés de l'écoute de
« Trois frères de l'orage »
Avec Corinne Schneider


Vendredi 13 novembre 2015, 20h
Trois frères de l'orage
Quatuor Béla


Samedi 14 novembre 2015, 16h
Conférence : Tête-à-tête Religion et société,
en France et en Allemagne


Samedi 14 novembre 2015, 19h
Avant concert : Les clés de l'écoute du
« Quatuor pour la fin du temps »

Avec Corinne Schneider


Samedi 14 novembre 2015, 20h
Quatuor pour la fin du temps
Het Collectief
Liesbeth Devos, soprano


Dimanche 15 novembre 2015, 11h30
Café baroque
Autour des Variations Goldberg de Bach II


Dimanche 15 novembre 2015, 12h30
Le Brunch du festival


Dimanche 15 novembre 2015, 16h
Entartete Musik ?
Orchestre national de Lorraine
Du mardi 10 au dimanche 15 novembre 2015
  Haut